la recette de serge

Le DAL BHAT

Plat emblématique du Népal, le Dal Bhat est, pour tous ceux qui ont baroudé dans cette région de l’Himalaya, le souvenir commun de l’alimentation traditionnelle et quotidienne. Il associe un riz blanc (Bhat), une soupe ou purée de lentilles (Dal), un curry de légumes (Tarkari) et parfois des achars, différents condiments et légumes pimentés macérés dans le vinaigre. Dans certains restaurants de Katmandu, une version plus soignée du Dal Bhat propose du lassi en accompagnement, boisson fermentée à base de yaourt.

 

Si la conception éco-responsable de nos pratiques alimentaires est aujourd’hui une préoccupation croissante dans les pays développés, on voit à travers ce plat que c’est une pratique intuitive et nécessaire dans les pays pauvres.  Ici, le riz et les lentilles sont acheminés des plaines du Taraï, partie méridionale du Népal, et véritable grenier du pays. Leur conservation, longue, se fait sans apport d’énergie. Le curry de légumes sera élaboré à partir de ce que le potager du village produira. On retrouve en général des carottes, des pommes de terre, du chou, des navets.

Ce plat est aussi remarquable par son équilibre alimentaire. Le riz et son amidon produisent les sucres complexes (lents, en langage sportif). Les lentilles, associées à cette céréale, apportent la ration nécessaire en protéines, ainsi que du fer et de la vitamine B. Les légumes fournissent des sels minéraux, des vitamines et des fibres.

 

Cuisine éthique

 

Le Dal Bhat ne contient pas de viande, bien que les religions dominantes au Népal, hindouisme et bouddhisme, n’imposent pas ce renoncement. Il s’agit d’un végétarisme contraint et non pas culturel. Les pays développés sont aujourd’hui soucieux d’atténuer leur empreinte écologique, et dans ce but cherchent à limiter les consommations d’eau et d’énergie. Or saviez-vous que la production d’une calorie de protéine animale est en moyenne 7 fois plus consommatrice d’énergie fossile qu’une calorie de protéine végétale ? Conjointement, à apport énergétique égal, la production de viande est environ 5 fois plus consommatrice d’eau  dans le cas du bœuf. Ce constat est inquiétant, quand on sait aussi que dans les 100 dernières années, la consommation de viande par habitant en France à été multipliée par trois. Cette tendance se confirme, mais à un degré moindre, à l’échelle planétaire (+40% sur les trente dernières années).

 

Une bonne raison d’inviter vos amis autour d’un Dal Bhat, un petit végétarisme chronique pour contribuer à la préservation de la planète, et voir quelques années encore de la neige au Kilimandjaro…

 

La recette          Préparation 20 mn – Cuisson 40 mn

Ingrédients (pour 6 personnes) :

–        500 g de riz blanc (basmati de préférence)

–        350 g de lentilles blondes sèches

–        300 g de carottes

–        300 g de pommes de terre

–        200 g de chou vert

–        200 g de chou fleur

–        2 échalotes

–        Sel, curry, garam masala*, quelques branches de coriandre fraîche.

–        Éventuellement lassi* et achars

 

(* Si vous ne trouvez pas de garam masala, mélange d’épices, reconstituez-le en associant cumin, cannelle, clou de girofle, coriandre, muscade et cardamone. Le lassi peut être remplacé par un yaourt acide, style grec).

 

Épluchez et préparez les légumes. Les carottes seront coupées en rondelles, les pommes de terre en cubes, le chou en lanières, et le chou-fleur en florettes.

 

Émincez les échalotes, les faire suer dans une casserole avec un peu de beurre. Saupoudrez de garam masala et salez. Ajoutez les lentilles après les avoir rincées. Couvrir d’eau, et laisser cuire à petit bouillon. Rectifier la quantité d’eau selon la consistance attendue. On visera une soupe épaisse.

 

Faire bouillir 2 l d’eau salée, ajouter une cuillère à soupe de curry. Plonger les carottes et les deux choux simultanément. Ajouter les pommes de terre quelques minutes après.

 

Cuire le riz, idéalement à la vapeur (rice cooker), sinon dans de l’eau salée.

 

Servir individuellement les convives sur une grande assiette. Le riz chaud est entouré de petits bols, contenant séparément lentilles et légumes. On ajoutera éventuellement lassi et achars. Parsemez le riz de feuilles de coriandre fraiche.

 

 

Mais qui est Serge ?

 

Pourvoyeur de saveurs auprès des équipes Quechua depuis son camp de base du Champel, Serge Errard vous propose de découvrir ici quelques recettes traditionnelles des montagnes du Monde. Avec toujours quelques clés pour mieux comprendre les influences géographiques et ethniques sur les pratiques alimentaires de pays que vous découvrirez peut-être. Aujourd’hui, le Népal…

Commentaires

comments

Read this article in English

En visitant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer la qualité de votre visite, vous proposer des services et offres adaptés, ainsi que des options de partage social. J'accepte En savoir plus