LE TRANSSIBÉRIEN, DÉCRYPTAGE D’UN ITINÉRAIRE MYTHIQUE

Au travers de ce décryptage, nous espérons vous transmettre toute la magie qui réside dans le mythique transsibérien. Les milliers de kilomètres qui constituent ce chemin de fer sont une invitation à la découverte mêlant vastes territoires, paysages authentiques et peuples aux cultures éloignées.

Transsiberien Stanislas Giroux
© Stanislas Giroux

Alors que pour de nombreux Russes, cette voie de chemin de fer est toujours la solution la moins onéreuse pour se rendre dans certaines régions isolées de Sibérie, pour les voyageurs du monde entier le Transsibérien est bien plus qu’une ligne de train. Avant de vous installer dans un de ces wagons aux côtés de Stanislas Giroux, étudiant en médecine et aventurier dans l’âme, un peu d’histoire !

Des siècles durant et bien avant l’apparition du Transsibérien, des marchands (ou plutôt des aventuriers !) ont parcouru la Sibérie dans l’optique d’acheter des fourrures aux nomades qui occupaient ces lieux isolés. Il fallait alors de très longs mois à ces lentes caravanes commerciales pour parcourir une distance interminable. D’ailleurs, il n’était pas rare qu’une partie du convoi ne résiste pas aux températures extrêmes, au manque de nourriture, aux maladies ou aux attaques d’animaux sauvages.

Transsiberien voyage Hiking on the Moon 11

C’est en 1857 que l’idée d’un train traversant la Russie d’Est en Ouest est apparue. Mais à cette époque, elle n’avait pas entièrement séduit toutes les provinces de cet immense pays. Près de 35 ans plus tard, après de nombreuses études, des calculs budgétaires et des intérêts économiques et militaires passés à la loupe, le projet est enfin validé et la construction démarre début 1891. Pas moins de 25 ans sont nécessaires pour venir à bout de cet ouvrage monumental, terminé en 1916. Depuis, et pour le plus grand bonheur des populations russes mais aussi des voyageurs que nous sommes, il est possible de joindre Moscou à Vladivostok en « seulement » 7 jours !

Depuis la fenêtre des compartiments, vous longez la Volga, voyez défiler les villages de l’Oural puis alors que vous pensiez avoir tout vu, les paysages du lac Baïkal parviennent encore à vous époustoufler. À ce moment là, plusieurs possibilités vous sont offertes :

Transsiberien itineraire
Itinéraire rouge : continuer sur l’itinéraire du Transsibérien en suivant la frontière sud de la Russie jusqu’à Vladivostok, terminus de cette longue épopée.

Itinéraire vert : emprunter le Transmongolien, traverser la Mongolie en passant notamment par Oulan-Bator, avant d’arriver à Pékin, en Chine.

Itinéraire bleu : contourner la Mongolie et parcourir le Nord de la Chine en direction d’Harbin, une ville qui doit parler aux lecteurs de notre précédent numéro (#10) puisqu’elle accueille l’un des plus grands festivals de sculptures sur glace au monde. Ce tronçon appelé Transmandchourien a son terminus lui aussi à Pékin.

Maintenant que vous êtes incollable sur le Transsibérien, il est temps de prendre votre billet et d’apprendre quelques mots indispensables. Départ prévu demain, aux côtés de Stanislas Giroux !

vocabulaire utile à bord du transsiberien

Commentaires

comments

Read this article in English

Leer este artículo en español

En visitant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer la qualité de votre visite, vous proposer des services et offres adaptés, ainsi que des options de partage social. J'accepte En savoir plus