yep yep yep

sailing from the Clyde riverIls sont jeunes, ils sont beaux et ils ont décidé de passer plusieurs semaines sur un voilier au bout du monde via le Young Explorers Program.

 

L’idée paraît sympa, mais ne devient pas YEP qui veut. Dossier de candidature. Camp de sélection en Suisse à Château d’Oex (fief du Mike Horn Expedition Centre), entre activités outdoor, initiation aux techniques de survie, à la voile et à la photographie et raid en montagne. Puis verdict trois semaines avant le départ de la prochaine expé aux côtés de Mike Horn sur le Pangaea, un nom choisi en symbole d’« un monde intact tel qu’il était jadis » d’après Mike, puisque c’est ainsi qu’on appelle l’hypothétique et unique super continent qui aurait existé il y a 200 millions d’années de ça.

 

Rencontre avec 2 heureux élus qui nous parlent de leur expérience.

 


Hugo Clément, 18 ans, Chamonix, France

HKG : A quelle expédition des YEPs as-tu participé ? Quand était-ce ? Qu’y as-tu fait ?


Hugo : J’ai participé à l’expédition en Himalaya (Pakistan) avec 7 autres YEPs, du 1er au 26 juin 2010. Durant cette incroyable et unique expédition, j’ai expérimenté la vie humaine en haute altitude. Durant ce mois, nous avons effectué un long trekking sur le glacier du Baltoro pour au final rejoindre le sommet d’un pic vierge culminant à plus de 6000 mètres que l’on nomma Pangaea Peak. Cette expédition nous a montré la beauté de cette région du monde et nous a appris beaucoup de choses vis-à-vis de notre corps et de notre fonctionnement en groupe dans des conditions psychologiques et physiques parfois difficiles. On a aussi effectué des relevés topographiques des différentes coulées de boues présentes le long des pistes menant aux départs de trekking. Lors de notre descente du glacier, on a effectué un nettoyage autour des différents camps de bases.

Quelle était ta motivation à intégrer ce programme ?

 

Depuis mon plus jeune âge, j’effectue des activités en montagne avec ma famille, et depuis peu je me suis mis à l’escalade et à l’alpinisme. La protection de l’environnement est une de mes priorités. Ce programme était, et reste totalement en accord avec ma philosophie de vie.

 

Qu’est-ce que cela t’a apporté ?


Cette expédition m’a permis d’apprendre à vivre dans des conditions difficiles et en groupe. J’ai appris de nombreuses choses sur les autres YEPs et l’équipe de Mike Horn qui nous a accompagné, ainsi que sur moi-même. La rencontre avec les habitants locaux a aussi été surprenante pour toute l’équipe, on a beaucoup appris d’eux. Cette expédition m’a apporté beaucoup d’informations sur le fonctionnement d’un glacier et de cette région montagneuse. Cela m’a ouvert l’esprit et m’a donné envie de me battre pour la protection de cette beauté unique.

 

Aujourd’hui, quels sont tes projets d’exploration ?


Aujourd’hui j’aimerais voyager dans le monde pour découvrir d’autres endroits magnifiques et pouvoir partager et sensibiliser d’autres jeunes du monde entier. D’un autre côté je ne dois pas oublier les études supérieures que j’effectue et qui me prennent une bonne partie de mon temps.

 

 

Saraya D’Ath, 16 ans, Brisbane, Australie

HKG : A quelle expédition des YEPs as-tu participé ? Quand était-ce ? Qu’y as-tu fait ?

Saraya : J’ai participé à la 7e expédition, celle du Kamchatka, la péninsule la plus à l’est de la Russie. Elle s’est déroulée en décembre 2010 et a duré 3 semaines. Le Kamchatka est connu comme étant une terre de feu et de glace, à cause de ses 160 volcans et de ses températures en-dessous de zéro. La première partie du trek nous a conduit aux geysers. Nous avons aussi visité la station géothermale de Mutnovskaya. Pendant le séjour, nous avions pour mission de recueillir des données pour l’Université de Münich ; nous avons pris la température de la neige, analysé sa taille, sa structure et sa concentration en eau. Et pour se déplacer vite sans polluer, nous avons utilisé les chiens de traîneau comme moyen de transport.

 

Quelle était ta motivation à intégrer ce programme ?


La première fois que j’ai lu un article concernant le YEP, je n’avais que 14 ans et il fallait en avoir entre 15 et 20, donc la première expédition à laquelle je pouvais participer était celle de la Russie. Quand j’ai lu l’article, j’ai su que cette expédition me plairait ; de la voile, de l’aventure, de l’exploration et la préservation de l’environnement. J’ai grandi dans le monde de la voile avec mes parents en traversant l’océan Pacifique. Ce programme était l’idéal pour moi car je retrouvais dedans la façon dont on m’avait élevée. Ma plus grande motivation était le message de préservation de l’environnement sur du long terme, car le camp de sélection est là pour te former à la compréhension et au respect de l’environnement, après c’est à toi de jouer.

 

Qu’est-ce que cela t’a apporté ?


J’ai l’impression que j’ai mûri et je que suis devenue plus indépendante après avoir voyagé toute seule dans des endroits étrangers. Une des valeurs fondamentales concernant l’expédition Pangaea, c’est aussi le partage avec des jeunes du monde entier, qui ont un penchant pour l’aventure et une passion commune pour l’environnement. Je crois qu’il n’y a aucune comparaison possible entre ce que tu as partagé avec ces jeunes et une adolescence normale, chaque souvenir est unique et restera gravé dans nos mémoires.

 

Aujourd’hui, quels sont tes projets d’exploration ?

 

Depuis que je suis rentrée, je n’ai jamais autant ressenti le besoin de protéger et de préserver notre planète. J’ai mené plusieurs projets : journées de nettoyage, plantation d’arbres, … pour aider à financer les projets des YEPs. Je suis aussi allée en Nouvelle-Zélande, pour soutenir le film Arktosde Mike Horn au festival du film de montagne. Actuellement, nous travaillons sur un projet d’extension d’un centre de réhabilitation pour les tortues à Cairns dans le Nord Queensland.


Commentaires

comments

Read this article in English

Vous aimerez aussi :
En visitant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer la qualité de votre visite, vous proposer des services et offres adaptés, ainsi que des options de partage social. J'accepte En savoir plus